• Un éléphant peut en cacher un autre

       L'utilité en couture est une notion avec laquelle on apprend à jongler. Ainsi je viens de détruire le pantalon "cul d'éléphant" du burda de novembre qui était pourtant réussi et qui m'a demandé du temps, et ce pragmatiquement afin d'éviter un embouteillage de penderie... inutile.

    Un éléphant peut en cacher un autre

    J'ai donc du faire le pari que ce pantalon portefeuille ne me plairait pas plus ultérieurement, puisqu'il m'arrive régulièrement de redécouvrir quelques années plus tard des vêtements mis au repos peu après leur réalisation. C'est à croire que je synthétise des anticorps pendant que je travaille sur certains projets, qui font qu'arrivée à la fin de leur confection je suis saturée du modèle au point d'avoir envie de le laisser au mitard quelques temps. Comme la bonne mimolette :P , le bon projet couture exhale tous ses arômes après maturation de plusieurs mois en cave. Pour certains la remontée au grand jour est une bonne surprise, d'autant meilleure que je redécouvre chacun des détails que j'avais pensé à y mettre, et valide les goûts de naguère et les essais tentés alors. D'autres sont intéressants, mais la limitation qui m'en avait détournée est rapidement identifiée.

    *********

    Un exemple de bonification, encore que celui là je l'aie porté plusieurs fois après sa confection. Pantalon burda easy AH2010 un peu augmenté en largeur je crois, et surtout en longueur pour faire un double ou triple revers.

    Un éléphant peut en cacher un autre

    Encore un pantalon qui fait la fesse molle, mais j'aime bien la coupe et surtout le tissu utilisé, un drôle de velours à raies très fluide dont l'endroit est à l'intérieur, car l'envers formait de fines rayures irisées intéressantes. Très confortable et pourtant contrairement au pantalon cul d'éléphant, pas de sensation d'être dans un pyjama.

    **********

    J'ai donc recyclé ledit pantalon en un modèle de jodhpur proposé dans le burda de février 2010 et que je voulais tester depuis longtemps, attendant l'occasion. J'ai gardé les mollets de l'ancien pantalon et ai du employer par manque de tissu une jupe culotte tirée de l'armoire dont le seul tort était d'être en laine à près de la même couleur et d'être pourvue d'un zip. Comme d'habitude, 40 en bas et 38 à la ceinture, seyant ok et le pantalon redescend bien après station assise.

    Ensuite. Je ne sais pas vous, mais j'ai un gros problème avec les passants de ceinture devant en général. Dans le magazine, tout va bien dans la vie de la dame de chez burda, elle a des fesses de chat et un ventre de lévrier, donc sa ceinture reste où on lui a dit de rester. Moi qui ne suis pas de pure race, quand je mets un pantalon, il fait toujours le sourire du plombier, mais devant et en plus poli. Et qu'arrive-t-il quand les passants de ceinture sont très éloignés du centre ? Et ben on voit tout le boutonnage du pantalon, un morceau de chemise, et la boucle de ceinture encore au dessus (the sky is the limit!). La classe internationale. Vous me direz, c'est pour ça que Dieu a créé les bretelles, m'enfin après, Dieu a aussi créé les hispters et les ploucs qui portent leur bretelles pendantes de chaque côté du benne (j'ai toujours envie de tirer dessus pour évaluer le taux d'élasthanne quand j'en vois un passer)... Donc, ces fameux passants devant, je les rapproche toujours un peu du milieu pour rester présentable.

    Un éléphant peut en cacher un autre

    Un éléphant peut en cacher un autre

    Un éléphant peut en cacher un autre

    J'ai profité d'un moment de ras-le-bol au moment de finir la ceinture pour tenter la méthode du biais en finition de la partie interne ; c'est joli et ça limite un peu l'épaisseur.

    Un éléphant peut en cacher un autre

     

    Un éléphant peut en cacher un autre

    Chassez le moujik, il revient au galop

    Un éléphant peut en cacher un autre

     


  • Commentaires

    1
    fred-etc
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 15:16
    fred-etc

    Toujours épatée par ta persévérance !!! Il est bien mieux que la version précédente en effet.

    Je pense qu'une taille en dessous serait jouable, non ?

    2
    Dimanche 8 Décembre 2013 à 22:51

    Oui, après coup je pense que ç'aurait été jouable. Mais comme je voulais être sûre d'avoir une assise confortable et que le patron précisait "tissu avec élasthanne", je n'ai pas tenté le diable.

    3
    Nathalie
    Mardi 17 Décembre 2013 à 17:42
    Nathalie

    Ta prose m'a beaucoup fait rire!! Je constate effectivement que les projets couture pour soi ont souvent besoin de murir ... donc je couds beaucoup pour mes garçons. Quand ils seront plus grands, ils ne voudront plus, donc j'en profite!! La dame de Burda a également toujours la poitrine bien placée. Chez moi, ça baille, c'est trop bas (jamais trop haut, ...vous avez dit bizarre????!!), trop large, ... bref ... beaucoup d'imperfections!! Je ne suis pas de pure race non plus!! Merci de ce bon moment et au plaisir de relire ta prose!! 

    4
    Mardi 17 Décembre 2013 à 17:57

    Moi aussi je suis subjuguée par la "dame burda" sur qui les pinces des modèles normaux tombent toujours impec' alors qu'elle a l'air de faire 1m75...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :